Recevez le guide sur Ser et Estar

Pour tout savoir sur SER et ESTAR en espagnol !

Les jours fériés en Espagne

Alors que je regardais les nouvelles du monde ce matin, j’ai réalisé qu’aujourd’hui, nous étions le 6 décembre, jour bien connu et particulièrement apprécié des Espagnols pour de multiples raisons. Et voilà comment est née l’idée d’écrire un article sur les jours fériés en Espagne!

Les p’tits trucs à savoir

En Espagne, il y a les jours fériés nationaux, qui concernent tout le pays et dont je vais vous parler incessamment sous peu, et les jours fériés régionaux ou locaux, qui ne concernent qu’une région ou une ville.

Ces jours fériés régionaux ou locaux sont variables d’un endroit à l’autre en fonction de l’histoire de la région où l’on se trouve.

Par exemple, la ville de Valencia, située à l’est de l’Espagne, entre Barcelone et Grenade, a quatre jours fériés qui lui sont propres:

1) le 22 janvier: c’est la San Vicente Mártir et seule la ville de Valencia ne travaille pas ce jour-là;

2) le 19 mars: c’est la San José, patron des charpentiers. La San José coïncide avec le dernier jour des Fallas, la fête locale qui marque l’entrée dans la saison du printemps;

3) le lundi après le lundi de Pâques (date variable): c’est la San Vicente Ferrer et seule la Communidad Valenciana chôme;

4) le 9 octobre: c’est le jour de la Communidad Valenciana et de la Mocadorà de San Denis. Ces deux évènements sont liés à la Reconquista de Valence par le roi Jaime Ier le 9 octobre 1238.

Mais de toute façon, je reviendrai plus longuement dans un autre article sur les fêtes de la Communidad Valenciana, dans laquelle j’ai vécu!

Dans l’immédiat, je vous propose de nous pencher sur les jours fériés nationaux!

Décembre et janvier appréciés car peu travaillés! 

Je caricature mais dans le fonds c’est assez vrai: la moitié des jours fériés nationaux se situent dans ces deux mois, soit cinq jours! 

Dans l’ordre, nous avons: 

1) Le 6 décembre, jour de la Constitution

2) Le 8 décembre, jour de l’Immaculée Conception,

3) Le 25 décembre, jour de Noël

4) Le 1er janvier, jour du Nouvel An

5) Le 6 janvier, jour de l’Épiphanie. 

Vous avez remarqué? Les deux premières dates sont très rapprochées et les Espagnols en profitent pour faire ce qui est communément appelé le Pont de la Constitution. Ce pont peut durer entre cinq et neuf jours car les Espagnols posent des congés pour relier ces deux jours fériés au week end précédent ou suivant!

Les cas les plus simples sont lorsque le jour de la Constitution tombe un lundi ou un mercredi: il suffit alors de poser son mardi ou son jeudi et on obtient un week end de cinq jours puisque l’Immaculée Conception suit le mercredi ou le vendredi!

Par contre, la situation se complique lorsque la Constitution tombe sur un mardi… La tentation est forte de poser son lundi, son mercredi et son vendredi pour avoir un repos de neuf jours consécutifs!

Cela pose problème à de nombreuses entreprises espagnoles qui aimeraient bien fixer définitivement tous les jours fériés au lundi, quitte à ne plus entretenir la signification symbolique des dates… 

Heureusement, les jours fériés se répartissent plus également le reste de l’année! Le premier après l’Épiphanie est le jour de Pâques, le 6 avril. Viennent ensuite le 1er mai (fête du Travail), le 15 août (l’Assomption), le 12 octobre (Día de la Hispanidad, équivalent du 14 juillet en France) et le 1er novembre (la Toussaint). 

A quoi ça correspond? 

L’Espagne est un pays où la tradition catholique est encore très fortement ancrée, ce qui explique une bonne partie des jours fériés nationaux. 

Ainsi, le 8 décembre, le 25 décembre, le 6 janvier, le 6 avril, le 15 août et le 1er novembre sont des  jours fériés d’origine religieuse. 

Les quatre dates restantes (le 6 décembre, le 1er janvier, le 1er mai et le 12 octobre) ont des origines historiques ou culturelles. 

Reprenons donc tout ça, en commençant par le 6 décembre. 

Les dates historiques et culturelles. 

1) Le 6 décembre, día de la Constitución

C’est le jour qui commémore l’entrée en vigueur de la Constitution espagnole et donc le début de la transición democratica en Espagne, après presque quarante ans de dictature franquiste. 

Remontons un peu le temps. Après la guerre civile espagnole (1936-1939), le général Francisco Franco obtient le pouvoir et met en place sa dictature connue sous le nom de franquisme. Il meurt le 20 novembre 1975 mais il a eu le temps de former et d’approuver son successeur, le prince Juan Carlos 1er, à qui il confie les rênes du pouvoir pendant ses périodes de maladie en 1974 et 1975.

A la mort du général, Juan Carlos accepte de devenir chef de l’Etat, se proclame roi de tous les Espagnols et, au grand dam des pro-franquistes très conservateurs, il met en place des réformes démocratiques qui modifient le régime de l’intérieur.

Cela prend un peu de temps mais dès 1978 il est en mesure de proposer la rédaction d’une constitution, l’Espagne n’en ayant plus depuis 1939. Cette Constitution est écrite et amendée durant l’été et soumise par référendum au peuple le 6 décembre 1978 qui l’approuve à près de  88%. C’est la première fois que les Espagnols peuvent s’exprimer par le vote. 

Depuis, la journée du 6 décembre est considérée comme Fête nationale en Espagne. 

Juan Carlos jeune

2) Le 1er janvier et le 1er mai. 

Ces dates ont la même explication qu’en France.

Le 1er janvier est férié car il s’agit du passage à une nouvelle année. 

Le 1er mai correspond à la fête du travail

3) Le 12 octobre, día de la Fiesta Nacional de España y día de la Hispanidad

C’est le jour qui commémore la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb, le 12 octobre 1492. 

Christophe colombIl est également connu aux Etats-Unis sous le nom de Colombus Day (fête de Christophe Colomb, le deuxième lundi du mois d’octobre) et en Amérique Latine sous le nom de Día de la Raza (Jour de la Race).

Bien que l’évènement soit ancien, ce n’est qu’en 1958 que les Espagnols ont célébré pour la première fois le 12 octobre comme étant Fête nationale de l’Espagne et Jour de l’Hispanité. 

Fixé par un décret franquiste en janvier 1958, cette journée reconnaît l’importance historique de la découverte de l’Amérique pour les populations hispanophones d’Espagne et d’Amérique Latine.

Un arrêté royal de 1982 a confirmé que le 12 octobre était bien le jour de la Fête Nationale de l’Espagne et le Jour de l’Hispanité.

Le 12 octobre espagnol est l’équivalent en terme de “spectacle” du 14 juillet français: il y a défilés militaires et démonstration des patrouilles aériennes en présence de la famille royale et de tous les membres importants du gouvernement. 

Les dates religieuses

Plus nombreuses que les dates historiques, elles ont les mêmes explications qu’en France mais certains de ces jours nous sont totalement inconnus, ou disons plus justement qu’ils n’ont pas de signification particulière dans la culture francophone. 

Pour rappel, il y a donc six jours fériés nationaux espagnols d’origine religieuse: le 8 décembre (généralement associé au 6 décembre pour faire le Pont de la Constitution comme nous l’avons vu plus haut), le 25 décembre, le 6 janvier, le 6 avril, le 15 août et le 1er novembre. 

Comme j’écris cet article en décembre, commençons les explications par les dates de ce mois!

1) Le 8 décembre, día de la Inmaculada Concepción.

Pas besoin d’entrer dans les détails de l’histoire religieuse de la chrétienté pour comprendre ce qu’est l’Immaculée Conception. 

L’Immaculée Conception s’appelle également la Conception Immaculée de Marie: au départ fête chrétienne médiévale, elle est devenue le 8 décembre 1854 un dogme de l’Eglise catholique romaine selon lequel Marie, la mère de Jésus Christ, serait née lavée de la souillure du péché originel.

Pour parler plus clairement, ce dogme dit que Marie est restée vierge et pure toute sa vie, même lorsqu’elle est tombée enceinte de Jésus. 

Bien qu’aujourd’hui une partie des Espagnols se détourne de la religion catholique, la majorité d’entre eux reste très attachée aux fêtes et traditions chrétiennes et suit les dogmes de l’Eglise, d’où le fait que le jour de promulgation du dogme soit férié en vue des célébrations en l’honneur de la Vierge Marie

Petite remarque en passant, les prénoms espagnols sont très souvent puisés dans le répertoire des noms religieux: Maria, Maria José, Maria Jesus, Concepción, Encarnación, Jesus, Jose, Angel…

L’Immaculée Conception (Inmaculada Concepción en espagnol) est particulièrement célébrée à Sevilla, qui est l’une des villes espagnoles où la tradition chrétienne catholique est la plus fortement ancrée. La Semana Santa en avril en est un exemple mondialement connu mais j’y reviendrai! 

2) Le 25 décembre, día de Navidad et le 6 janvier, l’Épiphanie

En Espagne, le 25 décembre, jour de la Nativité, est la célébration de la naissance du Christ mais ce n’est pas à ce moment-là que les échanges de cadeaux se font! 

En effet, les Espagnols considèrent plus logique d’offrir les cadeaux aux enfants le jour de l’Épiphanie, c’est-à-dire le 6 janvier, jour qu’ils appellent el día de los Reyes Magos.

Pourquoi? Tout simplement parce que l’Épiphanie correspond au jour où les rois mages Balthazar, Melchior et Gaspard sont venus d’Orient porter leurs présents au nouveau-né Jésus Christ!

Du coup, la culture hispanique, fortement imprégnée de religion, a gardé la logique chrétienne pour les dates d’offrande de cadeaux! 

On retrouve ce même principe en Amérique Latine, ancienne “colonie” espagnole, ainsi qu’au Portugal, autre pays très catholique.

3) Le 6 avril

C’est le Vendredi Saint, qui précède le dimanche de Pâques dont la date est variable. Le 6 avril commémore la Passion du Christ, c’est-à-dire sa Crucifixion. 

A Séville, c’est la semaine entière qui est consacrée aux célébrations de la Passion, du dimanche des Rameaux (le dimanche avant le dimanche de Pâques) à celui de Pâques qui marque la Résurrection. On appelle cette semaine la Semana Santa et c’est à ce moment-là que les fameux Nazarenos sortent en procession. 

IMGP3189 - Granada

4) Le 15 août, día de la Asunción

C’est le jour de l’Assomption de Marie, c’est-à-dire en histoire religieuse le moment où la Vierge Marie est montée au Ciel à la fin de sa vie terrestre. 

Il s’agit là encore d’un dogme de l’Eglise catholique romaine car il n’est pas écrit dans la Bible que Marie soit montée au Ciel.

Le culte de la Vierge, dit également culte marial, était très populaire et très ancien. L’Eglise l’a entériné via les dogmes de l’Immaculée Conception et de l’Assomption.

En Espagne, les festivités et célébrations de l’Assomption durent souvent une semaine entière, comme dans la ville de Miraflores de la Sierra, près de Madrid. 

5) Le 1er novembre, día de Todos los Santos

Comme son nom l’indique, la Toussaint est la fête de tous les saints!

Attention cependant: il ne s’agit pas d’une célébration chrétienne. Seuls les catholiques fêtent la Toussaint: elle ne signifie rien de particulier pour les protestants et les orthodoxes, qui forment les deux autres branches de la chrétienté.

Ce tour d’horizon des jours fériés n’est qu’un minuscule aperçu de la richesse de la culture espagnole, fortement imprégnée de religion certes mais aussi très marquée par de nombreux cultes païens dont l’origine se perd dans la nuit des temps… Mais ça, ça sera pour une autre fois!

Muchas gracias y ¡Hasta Luego!

2 réflexions sur “Les jours fériés en Espagne”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez le guide sur SER et ESTAR

en espagnol !

Un fichier .pdf à conserver et/ou imprimer