Las Fallas de Valencia

top 100 des verbes espagnols

Le TOP 100 des verbes espagnols les plus utilisés

Cadeau du mois

top 100 des verbes espagnols

Le TOP 100 des verbes espagnols

les plus utilisés

Cadeau du mois

Las Fallas de Valencia ou l’entrée dans la nouvelle saison. 

Aujourd’hui nous sommes le 17 mars et si un peu partout dans le monde les gens fêtent la Saint Patrick, en Espagne débutent les célèbres Fallas qui vont occuper les habitants de la ville de Valencia et une bonne partie des Espagnols pendant 3 jours entiers, avec une succession de défilés, de parades, d’explosions de pétards et autres costumes, récompenses et remise de prix. Voici donc pour vous un rapide panorama de ce que sont les Fallas!

Une fête multidimensionnelle

Pour avoir vécu les Fallas, je peux vous garantir une chose: il est très difficile de comprendre la richesse et l’extravagance de cette fête si on ne l’a pas vue, sentie, touchée et admirée. De même, vous ne pouvez pas prétendre connaître la ville de Valencia si vous n’y êtes pas allé pendant et avant ou après Fallas

Lorsque je me suis installée à Valencia en octobre 2010, je ne connaissais absolument pas les Fallas, pourtant la fête la plus connue et la plus appréciée des Espagnols et dont les Valenciens sont très fiers puisqu’elle attire des touristes du monde  entier. Mes colocataires ont commencé à m’expliquer de quoi il s’agissait mais au vu de la quantité d’éléments extravagants qu’ils me décrivaient et du fait que ma compréhension orale de l’espagnol était assez limitée à l’époque, je me suis dit que j’avais dû mal comprendre.

Il était en effet difficilement concevable pour moi:

que des pétards explosent tous les jours du mois de mars à 14h plaza del Ayutamiento (place de la Mairie) au point de faire vibrer le coeur et le corps de ceux qui seraient trop près des installations, et que certaines personnes seraient devenues accro à cette sensation de vibration;

que plus de la moitié des habitants de Valencia défilent en costume traditionnel pour offrir des fleurs à une statue de la Vierge Marie installée de façon provisoire sur la place du même nom;

qu’il y ait des illuminations dans chaque quartier un peu comme à Noël et que certains quartiers de Valencia aient des systèmes d’éclairage tellement sophistiqués qu’il y a une mise en scène avec musique lors de leur inauguration et une remise de prix pour le plus beau d’entre eux;

qu’il y ait plusieurs mois avant Fallas l’élection d’une Fallera Mayor et d’une Fallera Minor qui représentent la ville de Valencia pour l’année en cours, assistent à toutes les cérémonies et choisissent à la fin des Fallas un morceau d’une des innombrables statues (également appelées fallas) qui sera sauvé du feu et conservé au musée Fallero de la ville; 

que des statues en polystyrène de toutes tailles et très colorées soient installées dans tous les quartiers de la ville et même au-delà, que l’on mette 2 jours à les assembler et qu’elles brûlent toutes le dernier jour des Fallas, à l’exception des deux morceaux sauvés par les deux falleras;

-que ces statues représentent plusieurs centaines de milliers d’euros et une année entière de travail de la part d’artistes tellement spécialisés dans ce type de créations qu’on les appelle fallero;

qu’il y ait des feux d’artifice où seuls les plus grands professionnels de la pyrotechnie émerveillent un public pendant plus de 20 minutes en tirant des fusées de toutes les couleurs et de toutes les tailles au-dessus de ce qui était autrefois la rivière Turia;

-que ces feux d’artifices n’empêchent pas les Valenciens et les personnes présentes dans la ville pendant Fallas d’acheter et de faire exploser des pétards de toutes tailles et de toute formes, du petit pétard à main pour les enfants de 3 ans jusqu’aux grands pétards à allumer pour les adultes;

-que la ville ait une dérogation de trois jours (la durée de Fallas) pour la vente et l’utilisation de pétards et qu’un magasin appelé La Petarderia fasse son chiffre d’affaires de l’année et le bonheur des touristes pendant ces trois jours;

et enfin que l’on admire toute cette effervescence en se gavant de churros ou de buñuelos de calabaza en portant un foulard spécial pour éviter les projections de cendre et les fumées denses des explosions quotidiennes! 

Vous comprenez pourquoi je doutais à l’époque de mes capacités en compréhension orale espagnole! Quand on vous décrit tout ça, vous vous dites forcément “Bon,c’est pas grave, mon cerveau me joue des tours, j’ai mal compris mais on verra bien quand on y sera!”. Vous répondez du coup à vos colocataires ¿Es mejor verlo, no? (C’est mieux de le voir non?) et vous êtes soulagé de voir qu’ils acquiescent aussitôt! 

Et pourtant… Tout ceci est vrai et est même au-delà du descriptible! C’est pourquoi les articles qui vont suivre seront essentiellement composés de photos et de vidéos car à mon sens, les descriptions affadiraient la puissance de cette fête vraiment hors-normes! 

 

Les origines de la fête de Fallas

Avant de nous intéresser aux différents aspects des Fallas, un retour sur les racines de cette fête s’impose. 

Le terme falla vient du latin “facula” qui signifie petite torche. Passons sur la discorde entre historiens sur l’origine exacte de Fallas pour nous pencher sur la version la plus communément admise. 

Au Moyen Age, à la fin de l’hiver, les charpentiers brûlaient le support en bois qui servait à accrocher leur torche, rendant ainsi hommage à leur saint patron Joseph, le père de Jésus. Ils ajoutaient au feu ainsi formé toutes sortes de déchets en bois ou en tissu dont ils voulaient se débarrasser.

Il y a également dans cette pratique une résurgence des fêtes païennes marquant l’arrivée du printemps, l’entrée dans une nouvelle année: on brûle tout ce qui ne sert plus pour partir sur de nouvelles bases.

Au fil des ans, les supports et les déchets sont assemblés de façon à représenter des personnages reconnaissables de l’entourage des charpentiers, puis petit à petit, les représentations deviennent satiriques. A partir du XVIIIème siècle, la mise en place des Fallas telles qu’on les connaît aujourd’hui prend forme, avec l’apothéose du 19 mars où toutes les statues sont brûlées. 

La compétition officielle pour les Fallas sous sa forme actuelle débute vraiment en 1885. A cette époque, la fête des Fallas est plus ou moins abandonnée suite à de nombreuses guerres (les guerres carlistes) et de multiples périodes de censure. Une revue locale décide alors de la relancer en proposant un prix qui récompenserait les plus belles fallas: le succès est immédiat et ne s’est jamais démenti depuis. Seule la période de la guerre civile (1936-1939) a interrompu les festivités. 

 

Fallas d’hier et d’aujourd’hui

Qu’est-ce qu’une falla

C’est un assemblage plus ou moins grand et toujours très coloré de différentes statues et figurines (les ninots en valencien) qui dénoncent, brocardent, critiquent, rient de tout et de tous. Les thèmes sont très variés, allant de la dénonciation politique au football en passant par les lois nouvellement votées et les stars de la téléréalité espagnole, mais ils sont toujours traités de façon satirique ou humoristique. Rien ni personne n’est épargné, faisant ainsi des fallas la représentation concrète d’une totale liberté d’expression. Il y a même assez souvent des détails érotiques et croustillants dans ces statues, ce qui fait le bonheur de bien des adultes!

Voici par exemple quelques unes de mes photographies prises lors des Fallas de mars 2011. Il s’agit de la Falla especial (je reviendrai sur le vocabulaire des Fallas dans un autre article) de la Plaza de la Merced, une place relativement petite, entourée de bâtiments assez hauts. Comme vous le voyez sur les photos, la falla est quasiment aussi haute qu’eux et occupe tout l’espace au sol. 

IMGP7894

Et les photographies ci-dessous vous prouvent que tout le monde peut être la cible d’une falla! Le personnage qui chante est en réalité la maire de Valencia depuis 1991, Rita Barberá Nolla, représentée en train de chanter pour obtenir des subventions européennes! Dans la même falla sont présents mais de l’autre côté les personnages d’Olivia Newton-John et John Travolta, héros de la comédie musicale Grease ici tournés en dérision! C’était l’un de mes deux morceaux de falla préférés mais ils ont malheureusement brûlé avec tous les autres…

Organisation des Fallas

Avant toute chose, sachez que vous n’aurez jamais assez des seuls cinq jours de Fallas pour tout voir! Moi la première, vivant sur place à l’époque, je n’ai pas eu le temps matériel de tout faire! J’en ai vu beaucoup mais tout se déroule très vite, de façon très intense et finit brutalement. Le mieux est de venir au début du mois de mars pour s’imprégner de l’atmosphère et partir un ou deux jours après le 19 mars. 

La durée officielle de la fête de Fallas va du 15 mars, jour de la plantá infantíl ou si vous préférez du montage des fallas des enfants, au 19 mars au soir, moment de la crèma de toutes les sculptures.

Il y a aujourd’hui 381 fallas et autant de fallas infantiles réparties dans toute la ville de Valencia. En clair, chaque falla adulte est assortie d’une falla enfant.

Les thèmes des fallas infantiles sont plus légers que ceux des adultes. En général, ils traitent de ce qui les fait rêver (pirates, fées, monstres, jeux vidéos…) ou évoquent les bienfaits de la lecture, d’un mode de vie sain… Les sculptures infantiles sont de taille humaine. 

Les fallas adultes sont elles beaucoup, beaucoup plus grandes. Parmi les 381 fallas adultes, on en distingue 15 qui sont appelées Fallas Especiales: ce sont celles qui proposent les plus grandes et les plus belles sculptures car elles sont réalisées par des quartiers ayant plus de moyens financiers. La falla Plaza de la Merced fait partie de ces Fallas Especiales dont la taille est comprise entre 20 et 30 mètres de haut. 

Les sculptures sont tellement grandes qu’il est très rare de voir la falla montée dans son intégralité avant le jour de la plantá, c’est-à-dire le 15 mars. C’est à partir de ce moment-là que les ouvriers et l’artiste fallero responsable de la création de la falla vont s’activer jour et nuit pour finir son montage avant le 17 mars, date à partir de laquelle commencent les cérémonies officielles de Fallas.

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, le montage et la création d’une sculpture falla est un travail très minutieux et professionnel. La structure en bois qui soutient les moulages de papier mâché ou de polystyrène doit être assez solide pour supporter le poids des moulages et résister à  d’éventuelles intempéries. Elle doit surtout être pensée pour s’effondrer sur elle-même et pas sur le public au moment de sa crèma.

Les Fallas ont ainsi donné naissance à une industrie artistique hautement qualifiée, très technique et très spécialisée. Les quartiers se battent pour obtenir le meilleur artiste fallero. Il est courant que l’auteur de la sculpture ayant remporté le premier prix dans la sección especial soit illico débauché par un quartier qui lui propose plus d’argent pour réaliser sa falla l’année suivante. Bien souvent aussi, l’artiste fallero commence la réflexion sur le nouveau projet de sculpture alors que les Fallas de l’année en cours sont finies depuis la veille.

Les plus belles fallas, adultes ou enfants, sont récompensées par un prix donné le jour de la crèma (le 19 mars donc) par la Fallera Mayor pour la catégorie adulte et la Fallera Minor pour la catégorie enfant. C’est à ce moment-là que chacune des deux Fallera choisit un morceau d’une sculpture qui sera sauvé du feu et exposé au musée fallero de Valencia. 

Enfin, dans la nuit du 19 au 20 mars se déroule la crèma, c’est-à-dire la mise à feu de toutes les sculptures de la ville en même temps ou presque!

Pour ou contre les Fallas?

Bien qu’elle soit une fantastique vitrine pour le tourisme et la promotion de la région valencienne, les Fallas font quand même grincer des dents et les Valenciens eux-même ne sont pas les derniers à les critiquer.

1) La pollution

Les premiers reproches qui ont été formulés concernaient le matériau de fabrication des fallas. A l’origine, les statues étaient construites en bois; les roseaux ont suivi puis le papier mâché ou le carton pâte avant que le choix ne se porte de plus en plus sur le polystyrène, moins coûteux et plus malléable mais aussi très polluant.

Ce que reprochent de plus en plus de Valenciens à la fête de Fallas c’est que lorsque les sculptures brûlent le soir de la crèma, la fumée dégagée ne soit plus blanche mais noire, ce phénomène étant dû à l’ajout de polystyrène. 

Cette fumée noire est nauséabonde, salit les façades des immeubles, pollue l’atmosphère et provoque des toux intempestives pour ceux qui n’auraient pas pris la précaution de se munir de foulards à placer devant leur nez. Mais le plus dangereux réside dans le fait que des cendres de polystyrène encore chaudes sont souvent projetées sur les badauds…

2) Le coût exorbitant des Fallas

Le problème essentiel se situe actuellement au niveau du coût de cette fête. Il faut en effet additionner non seulement le coût de création et de construction des sculptures mais aussi tout le faste qui se développe à côté: costumes traditionnels, défilés, fleurs pour la ofrenda, feux d’artifices, pyrotechniciens, artistes et ouvriers falleros professionnels, etc… sans oublier les pompiers que l’on fait venir en renfort des quatre coins de l’Espagne, voire des pays frontaliers afin que toutes les fallas puissent brûler en même temps dans la nuit du 19 au 20 mars sans danger!

Normalement, les fallas (sculptures et costumes) sont financés par les donations des habitants de chaque quartier mais il ne faut pas oublier que tout l’argent investi, qu’il y en ait beaucoup ou peu, part littéralement en fumée le soir du 19 mars pendant la crèma

Pour vous donner un ordre d’idée, les Fallas 2009 ont explosé tous les records avec un coût total dépassant les 10,5 millions d’euros (10 645 286 pour être tout à fait exact), dont 900 000 euros pour la seule falla de Nou Campanar, à ce jour la plus chère et la plus grande avec 28 mètres de haut et 120 figurines.

A la suite de cette débauche de moyens et en raison de la crise économique, il a été décidé qu’à partir de 2011, le budget  maximal autorisé serait de 190 000 euros par sculpture. Cette décision rétablissait en même temps un équilibre: avec 190 000 euros maximum de budget, tous les quartiers, riches ou pauvres, ont les mêmes chances de gagner les premiers prix, ce qui n’était pas forcément le cas avant. 

Mais heureusement pour nous, même si les Fallas représentent chaque année un coût moyen de 10 millions d’euros, il est impensable pour les Espagnols en général et pour les Valenciens en particulier de les sacrifier! 

Alors à très vite pour les petits zooms sur les différentes facettes des Fallas!

top 100 des verbes espagnols

Le TOP 100 des verbes espagnols les plus utilisés

Cadeau du mois

top 100 des verbes espagnols

Le TOP 100 des verbes espagnols

les plus utilisés

Cadeau du mois

1 réflexion sur “Las Fallas de Valencia”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

SER et ESTAR

en espagnol

Recevez le guide

SER et ESTAR

en espagnol

Recevez le guide

Top 100 verbes espagnol les plus utilisés

Document à télécharger

Top 100 verbes espagnol les plus utilisés

Document